Mots-clés

,

fees et tendres automates

Présentation de l’éditeur

Carlotta. Mégapole tentaculaire néobaroque bâtie sur les lambeaux de l’Ancien Monde.
Une fée belle et douce comme un songe inachevé.
Un automate séparé de celle qu’il aime depuis des siècles.
Un amour éternel. Des milliers de petits gnomes, elfes, lutins, farfadets…
Un viel homme s’acharnant sur un espoir fou.
Wolfgang Miyake, empereur déchu qui embrase les peuples…
Et le froid, et les nuits…
La haine des hommes, cette race sombre et destructrice. Une haine âpre et arachnéenne qui se répand, convulsive…
Et ne connaît qu’un mot d’ordre : souiller.

Quatrième de couverture

Au coeur de CARLOTTA, Mégalopole tentaculaire. La déchirure de deux êtres, un automate du nom de JAM, et une FEE inachevée par son créateur, qui mettront tout en oeuvre pour se retrouver et garder cette pureté qui est en eux. Des milliers de petits elfes, gnomes, lutins et farfadets… Un Empereur déchu qui embrase les peuples… Un conte magnifique et auréolé de la lumière des Fées, un amour éternel dépeint avec onirisme et violence par Béatrice TILLIER et TEHY dans un univers cruel, baroque et décadent, rongé par la folie de l’âme humaine…

Cela faisait longtemps que cet ouvrage me titillait. La déception fut à la hauteur de mon attente.
Je me suis dit à la lecture des premières pages : « un peu de douceur dans ce monde de brute » mais après les 1o premières, la lassitude s’est petit à petit insinuée.
La réalisation est plutot fine et le dessin est vraiment bien mais pas assez pour sauver cette bande dessinée larmoyante et sans rythme. Dommage

Publicités