Kiss me not Oscar Wilde

Étiquettes

Il ne sera désormais plus possible de déposer ses douces lèvres enduites de rouge à lèvres sur la tombe d’Oscar Wilde au Père Lachaise. La tombe en forme de sphinx est, depuis hier, entourée par des parois en verre de deux mètres de haut.
Des années d’hommage, de baisers et des cures de nettoyage ont rendu la pierre de la sépulture sculptée par Jacob Epstein poreuse.

Google fête le 176ème anniversaire de Mark Twain

Étiquettes

, ,

Superbe doodle de Google aujourd’hui pour les 176 ans de Mark Twain.

Mark Twain Google
Huck Finn et Tom Sawyer peignant le logo de Google sur une palissade en bois dans un pur style Norman Rockwell.

Les Google Doodles : (définition Wikipedia)
Périodiquement, Google procède à des adaptations temporaires de son logo, les versions modifiées étant affichées pendant une journée sur la page d’accueil de son moteur de recherche : ce sont les Google Doodles (« doodle » désigne un gribouillage en anglais, et permet une paronomase avec « Google »). Ils sont créés pour célébrer des événements particuliers tels que les fêtes nationales, les anniversaires d’illustres personnages ou d’autres événements comme les Jeux olympiques. La conquête de l’espace est un thème particulièrement privilégié5. Ils peuvent aussi représenter des événements qui n’étaient pas programmés, comme la publication de l’étude sur le Darwinius masillae.

Steampunk Palin

Le punk de Steampunk n’est pas à mon avis qu’une référence au Do It Yoursell du mouvement à crête. Mais bien une prise de conscience et une réaction à notre société. Un peu réactionnaire (aah le bon vieux temps…), il peut aussi être un moyen de commenter et railler l’actualité.
C’est ce point que je tente d’aborder avec vous aujourd’hui. Un petit comics est sorti avec comme héroine… Sarah Palin. Steampunk Palin préconise le retour du charbon après la catastrophe pétrolière de BP. N’ayant pas encore lu la bête (le comics, pas Palin), je me pose la question du ton de cette publication et de la position politique abordée.

Malgré tout, nous pouvons nous poser la question du pourquoi du mouvement steampunk. Surtout dernièrement, alors que le microcosme des steamers semble ne s’intéresser qu’aux lunettes de soudeur et aux vêtements brodés d’engrenages.
Cet ouvrage est-il symptomatique d’un retour de conscience politique ? Le Steampunk n’est-il pas justement une superbe excuse pour critiquer notre société et notre mode de vie ? Personnellement, je le crois. Je ne suis pas un aficionado du déguisement (même si je ne pense pas que le steampunk est un groupe de Goth qui a découvert la couleur marron comme certain) mais il est certain que cette sous-culture risque de se perdre en breloque.

Bundaberg Rum, un rhum très steam

Étiquettes

, , ,

Le Steampunk prend de plus en plus de place dans notre société. Je pense même qu’il a déjà commencé à se distiller dans notre vie de tous les jours, petit à petit. En effet, l’esthétique particulière du mouvement est propice à la représentation d’un passé fantasmé, flamboyant, grandiloquent et surtout décalé. J’en veux pour preuve cette série de pubs pour le rhum australien Bundaberg Rum.

Les excuses pour avoir fait exploser le croco

Les excuses pour avoir mangé le croco

Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec

Étiquettes

,

C’est le cœur léger que je suis allé voir Adèle Blanc-sec. Amateur de le BD sans en être fanatique, j’étais quand même intrigué de voir ce que Besson avait fait de l’héroine de Tardi.

Des décors somptueux, des costumes magnifiques, des références en veux-tu en voilà (ET, Tintin, Indiana Jones…), une narration très proche de la BD et des effets spéciaux réussis offrent un spectacle familial acceptable.

Je ne serai pas trop virulent contre ce film pour deux raisons. Tout d’abord, il s’agit d’une trilogie. Il conviendra donc de porter un jugement après avoir vu les trois ! Ensuite, et bien, c’est un film de Besson, qui n’est pas le roi des productions les plus intéressantes (il ne s’agit là que de mon avis !).  On ne peut pas dire que Taxi ou Angel’a soient des chefs d’œuvre loin s’en faut même s’ils furent populaires. Besson use donc et abuse des ficelles qui ont fait le succès de ses précédents films : personnages surjoués, humour potache, une blague ridicule et anachronique toutes les 30 secondes et un peu de pathos simpliste pour faire pleurer dans les chaumières.

Malheureusement, ce sont surtout les fans de Tardi qui seront déçus. Contrairement à ce que tente de nous prouver la vidéo ci-dessous, le personnage d’Adèle n’a plus rien à voir avec l'(anti) héroïne de la BD, toute l’ironie a disparu et la trame de l’histoire d’origine à totalement été bouleversée, voire même réinventée.

J’ai juste ressenti un grand bof ! Dommage